Accueil > Sante

Les aînés auraient un QI supérieur à leurs frères et sœurs

Les aînés auraient un QI supérieur à leurs frères et sœurs
Un étude révèle que le QI aurait tendance à décroître à l'arrivée de chaque nouvel enfant, faisant des aînés les plus intelligents.

Une récente étude allemande, réalisée par des chercheurs de l’université de Leipzig, vient de révéler qu’il existe des différences de QI entre les aînés et leurs frères et sœurs ; les aînés seraient en effet plus intelligents que le reste de la fratrie. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé des données recueillies auprès de 20 000 personnes et issues de tests de QI et de personnalité. Grâce à elles, ils ont réussi à mettre en évidence qu’il existe des différences cognitives majeures chez les sujets observés selon la place qu’ils occupent dans la fratrie.

En effet, alors que les tests de personnalité n’ont pas donné de résultats probants, les tests de QI ont, quant à eux, montré une différence d’en moyenne 1,5 points entre les aînés et leurs frères et soeurs. Les chercheurs indiquant même que le quotient intellectuel aurait tendance à décroître pour chaque enfant suivant.

Le mode d’éducation en cause

La raison apportée par les scientifiques pour tenter d’expliquer ces résultats est directement liée au mode d’éducation, et non à une dimension physiologique. En effet, les chercheurs expliquent qu’un aîné a, en général, bénéficié d’une attention particulière et d’un temps seul avec ses parents avant l’arrivée de ses frères et sœurs ; une situation propice à son développement.

Ils ajoutent également à cela le fait qu’en devenant aîné d’une fratrie un individu endosse un rôle de « tuteur » qui tire les plus petits vers le haut. Pour les scientifiques, ces deux facteurs seraient ainsi les explications les plus plausibles pour expliquer ces différences de QI.

Les articles de Sophie
Par Sophie Dupuis, le 11.10.2018
Vidéo du moment
Nouveautés
Populaire