Accueil > Sante

Avoir le coeur brisé ou déchirer peut aller jusqu'à nous tuer

Par Sabrina, le 11.07.2019
Avoir le coeur brisé ou déchirer peut aller jusqu'à nous tuer
Avoir le coeur brisé lors de la perte d'un être cher ou lors d'une rupture peut avoir de graves conséquences sur votre santé qui peuvent même entraîner la mort.

Avoir le coeur brisé est plus qu’une expression littéraire pour parler de sa douleur lors de la perte d’un être cher. Car avec la douleur psychologique sous-entendue par l’expression Avoir le coeur brisé, s’ajoute de vrais problèmes cardiaques nés de cette perte qui peuvent avoir un impact sur votre santé..

Avoir le coeur brisé

Lorsque l’on perd un être aimé, lors d’une séparation ou d’un décès, on dit que l’on a le coeur brisé. Et lorsque l’on dit que cela est plus qu’une image, il ne faut pas imaginer que le coeur se brise au sens propre du terme, en plusieurs morceaux. Mais le stress émotionnel provoqué par une perte ou une rupture amoureuse est à l’origine d’une maladie que l’on nomme cardiomyopathie. Cette dernière est le résultat d’un fort stress au niveau des émotions, mais peut naître aussi après un épisode de stress physique, lors de la pratique d’un sport ou lors d’un accident.

Avoir le coeur brisé

D’autres épisodes de stress émotionnel, comme la perte d’un emploi, en fonction des situations personnelles, peut provoquer aussi une cardiomyopathie. Les coeurs brisés sont donc une véritable maladie qui naît 1 fois sur 4 à cause du stress.

Les symptômes du coeur brisé

En tant que maladie, avoir le coeur brisé ou le coeur blessé ne se mesure pas avec le nombre de mouchoirs consommés et le volume des pleurs. Les symptômes sont bien plus tangibles. En effet, la cardiomyopathie entraîne la contraction de vaisseaux sanguins présents dans le coeur lui-même. Cela cause une chute de la circulation du sang, qui entraîne une défaillance du myocarde. Il est d’ailleurs difficile lorsque l’on n'est pas médecin de différencier sur l’instant la crise cardiaque de la cardiomyopathie elle-même, car les symptômes sont les mêmes, et les conséquences peuvent être aussi les mêmes, à savoir le décès de la personne concernée. Douleurs thoraciques, essoufflement et syncope sont des signes qui ne trompent pas.

De la prévention

Les coeurs brisés ne sont donc pas à prendre de loin ou à la légère. Si tout le monde passe par-dessus un chagrin d’amour à différents moments de sa vie, il faut tout de même garder à l’esprit que les conséquences peuvent être plus violentes. C'est le cas notamment pour des personnes qui sont dans une pente difficilement surmontable. Il faut alors pour ces derniers savoir être proche d’eux. L’observation de leurs symptômes, être attentif aux douleurs dont ils peuvent se faire l’écho, les aider à remonter la pente, tout cela peut faire partie d’actes de prévention pour aider un coeur blessé à ne rester qu’une figure de style littéraire et non une réalité médicale.

Le syndrome du coeur brisé

Le syndrome du coeur brisé a été mis en évidence seulement au début des années 90 et depuis les recherches sont toujours en cours pour en comprendre plus sur les réactions du coeur et les raisons de son comportement lors d’un épisode traumatique. Toutefois, on peut aujourd’hui s’appuyer sur un risque génétique de maladies cardiaques pour se savoir plus enclin à souffrir de ce symptôme.

Syndrome du coeur brisé

Il faut aussi savoir qu’il touche très majoritairement les femmes ménopausées, cette dernière étape entraînant à priori une hyper-sensibilisation du coeur aux hormones provoquées lors d’un épisode émotionnellement douloureux.

Le coeur dit brisé est donc plus qu’une image et la perte d’un être aimé, par la cardiomyopathie qu’elle génère, peut donc s'avérer réellement mortelle. Le décès de Carrie Fisher fin 2016, immortalisée par son rôle dans Star Wars, entraîna le décès de sa mère Debbie Reynolds le lendemain.

A voir aussi :
Ailleurs sur le web
A voir
Populaire