Les réseaux de communication surchargé suite au confinement

Les réseaux de communication surchargé suite au confinement
L'épidémie du coronavirus a des répercussions dans tous les secteurs, dont celui des télécommunications.

Tenus de rester chez eux à la suite des mesures de confinement, des millions de Français se ruent en effet sur les réseaux dans le cadre du télétravail ou pour tuer le temps tout simplement. Le risque : une surcharge dans les prochains jours.

Vers des pics de connexion sur les réseaux

Télétravail, devoirs en ligne, jeux vidéos en ligne ou encore des films en streaming, d'ailleur l'accès à Netflix pourrait être limité en France. Les occupations des Français en période de confinement sont essentiellement exercées sur les réseaux Internet et mobile. Pour avoir un aperçu de ce qu'il pourrait advenir en France les prochains jours, direction l'Italie.

Le journal Bloomberg y a noté une augmentation du trafic Internet de 70 %. En France, l'opérateur Telefonica a indiqué à l'AFP qu'à ce jour, « les réseaux connaissent une augmentation du trafic de près de 40 % ».

Face à cette situation, les opérateurs sont-ils armés pour garantir la continuité des services ? Il est possible de trouver à travers un comparateur de box internet, le débit possible selon le type de connexion.

Pas d'inquiétude au Gouvernement et chez les opérateurs…

Mercredi, les propos du Gouvernement et des opérateurs se sont voulus rassurants. Le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Cédric O, a publié ce tweet : « Nous ne constatons pas de surcharge des réseaux liée à l'augmentation du télétravail et des usages. Ils sont, à ce stade, correctement dimensionnés. Le gouvernement suit la situation avec l'Arcep, garante de la neutralité du net, et les opérateurs. »

Par ailleurs, Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Télécom, a déclaré : 'On n'a pas d'inquiétude à court terme. On reste extrêmement attentif, et s'il y a besoin d'intervenir, on est en lien avec les pouvoirs publics.'

… pour l'instant

Changement de ton néanmoins ce jeudi au Gouvernement, qui regarde la situation de près. Cédric O prévient : « La marée monte, nous sommes extrêmement vigilants, d'autant que l'exemple italien montre que cela peut monter très rapidement. »

De même, Sébastien Soriano, président de l'Arcep, le gendarme des télécoms, indique que « tous les opérateurs constatent l'accroissement du trafic ces derniers jours : nous surveillons cela comme le lait sur le feu. ».

Michel Combot, directeur général de la Fédération française des télécoms, explique que « Depuis lundi, nous faisons face à des saturations ponctuelles du réseau, un peu comme un 31 décembre ».

Mais se pose la question du champ d'intervention des opérateurs si la situation venait à s'aggraver. En effet, la solution serait a priori de limiter l'accès à ces réseaux qu'à des fins indispensables, tels que professionnels. Néanmoins, le principe de neutralité du net interdit de prioriser l'accès de tel ou tel service… sauf exceptions. Pour l'instant, l'on compte essentiellement sur le civisme des utilisateurs.

Pour des modes de consommation responsables

Vigilants, les professionnels du secteur incitent les utilisateurs à consommer de manière plus responsable. Il est ainsi fortement conseillé de privilégier les réseaux fixes aux réseaux mobiles, c'est-à-dire le wifi à la 4G. Enfin, il est préférable de ne pas regarder de streaming et autre VOD, surtout en haute qualité, en journée.

Vous avez aimez ?
Alors partager cet article avec vos amis !
Facebook
Whatsapp
Twitter
Pinterest
Plus dans coronavirus
Ailleurs sur le Web
Tendance