Incendies en Australie : 500 millions d’animaux morts depuis septembre

Savez-vous que plus de 480 millions d’animaux seraient morts en Australie depuis quelques mois ? Vous avez bien lu, cette perte est due à l’incendie qui ravage le pays depuis septembre 2019.

Il s’agit d’un rapport établi par AFP le 03 janvier 2020. Toutefois, un doute sceptique s’installe auprès des nombreux observateurs quant à la véracité du chiffre divulgué. Le chiffre a été basé selon les travaux du spécialiste en écologie Christopher Dickman parus en 2007. Concrètement, les chiffres divulgués sur le nombre d'animaux morts dans les incendies en Australie sont des estimations basées à partir des densités de quelques espèces d’animaux. 

Les causes des incendies en Australie ?

Les incendies en Australie font suite aux effets du défrichement en Nouvelle-Galles du Sud. Le défrichement est une technique d’agriculture qui permet d’améliorer le sol afin d’accueillir des semences. Le gouvernement fédéral australien a également utilisé cette méthode pour se lancer dans l’agriculture de masse. Pour ce faire, l’État a autorisé le défrichement de plusieurs hectares de forêts.

Selon les chiffres, plus de 640 000 hectares de forêts ont été défraichis entre l’année 1998 et 2005 en Australie. Une décision qui a couté la vie à des millions d'animaux. Pourtant, depuis le mois de septembre, le gouvernement a autorisé un défrichement qui a causé la brûlure de 8,4 millions d’hectares de forêts. Vous pouvez imaginer les pertes que cela aurait pu engendrer depuis 4 mois. Quoi qu’il en soit, le terrible bilan est enclin à s’aggraver vu que la saison des feux n’est pas encore finie dans le pays.

D’où proviennent les chiffres  sur les animaux morts ?

Lors du défrichement en Nouvelle-Galles du Sud, la perte avait été estimée à 104 millions d’animaux indigènes. Le chiffre a été basé sur l’estimation de la densité de trois espèces d’animaux.

A savoir :

  • les mammifères
  • les oiseaux
  • les reptiles

Sachant qu’il n’est pas possible d’effectuer une estimation de densité pour les chauves-souris, les grenouilles et les autres groupes. En prenant en compte, les animaux dépourvus de densité le bilan pourrait encore s’alourdir. Toutefois, les animaux n’ont pas tous péri dans les incendies. En effet, les causes de leurs morts peuvent être indirectes.

Lorsque les incendies surviennent dans les forêts, les animaux quittent leurs zones pour trouver de la nourriture et un nouvel abri. Pourtant, il arrive que ce réflexe ne soit pas toujours adopté par les nouveau-nés. Par ailleurs, les incendies en Australie ont provoqué une élévation de température sans précédente dans le pays. Ainsi, l’eau de pluie devient rare pour permettre aux animaux de survivre. Les canicules qui précèderont les incendies seront aussi difficiles pour les espèces fragiles.

Que disent les chiffres ?

En prenant en compte les 3 millions d’hectares brûlés dans la Nouvelle Galle du Sud. Le chiffre est de 3 000 000/640 000 X 104 millions= 487, 5 millions. Le résultat a été arrondi pour obtenir les 480 millions dûment cité au début de l’article. Bien entendu, les scientifiques n’ont pas pris en compte les causes de morts indirectes. Pour faciliter le calcul, l’estimation chiffrée à supposer que les animaux ont tous péri de manière directe.

Ainsi, le chiffre est basé sur les mammifères, oiseaux et reptiles indigènes réitèrent Christopher Dickman et son équipe de scientifiques de l’université de Sydney. Parmi, les animaux touchés par les incendies, les Koalas qui ont fait d’ailleurs l’objet d’une couverture médiatique des presses locales.

Côté humain, les feux de brousse ont provoqué le décès de 20 personnes pour le moment. Les effets des fortes températures seront également énormes dans quelques semaines. Ainsi, le chiffre pourrait s’alourdir côté humain et animal.

Vous avez aimez ?
Alors partager cet article avec vos amis !
Facebook
Whatsapp
Twitter
Pinterest
Plus dans actualite
Ailleurs sur le Web
Tendance