Les militaires et policiers protégés s'ils tuent pendant le confinement

Les militaires et policiers protégés s'ils tuent pendant le confinement
Chose impensable en France, le gouvernement péruvien a tout simplement décidé de faire régner le confinement total de toute sa population en exemptant la responsabilité pénale de ses forces de l’ordre s’ils tiraient sur des gens qui ne respectaient pas le confinement par légitime défense.

Face à l’épidémie du coronavirus, quasi tous les pays du monde n’ont pas d’autres solutions que mettre ses populations en confinement pour éviter la propagation rapide du virus.

Isolement obligatoire et couvre-feu au Pérou

Le Pérou ne fait pas exception, son gouvernement a décrété l’État de confinement et un couvre-feu nocturne depuis le 16 mars qui prendra effet jusqu’au 12 avril. Si la situation ne s’améliore pas, le confinement et le couvre-feu seront prolongés. Rien que le samedi 4 avril, les forces de l’ordre ont interpellé 26 000 personnes qui n’ont pas respecté les règles.

Mesures drastiques pour faire respecter les règles de confinement

Le 23 mars, selon les chiffres publiés par le gouvernement péruvien, le nombre de contaminé dans le pays est de 671 pour 16 décès. Face à cette situation alarmante, le gouvernement a changé de stratégie en optant pour des mesures drastiques.

Désormais, les policiers et militaires péruviens en mission de patrouille pour chasser les populations qui rôdent encore dans les rues ont le droit de tirer sur ces dernières s’ils se sentent en situation de danger. Cette annonce a été faite par le ministère de la Défense le samedi 28 mars sur les réseaux sociaux et les médias.

Vous avez aimez ?
Alors partager cet article avec vos amis !
Facebook
Whatsapp
Twitter
Pinterest
Plus dans coronavirus
Ailleurs sur le Web
Tendance