Accueil > Actualite

Le Pape François dénonce les puissants qui vivent de la guerre

Le Pape François dénonce les puissants qui vivent de la guerre
Lors d'un entretien au Vatican, le Pape a dénoncé l'hypocrisie de ceux qui souhaitent la paix mais vendent des armes dans le monde entier.

Alors que son prédécesseur Benoît XVI divisait pour le moins l’opinion, le Pape François parvient, lui, à fédérer de nombreuses communautés aux idées pourtant différentes. Reconnu pour son amour de l’humain, il a évoqué, il y a un mois, le dégoût qu’il éprouvait à l’égard des puissants de ce monde, les hommes politiques les plus influents qui ne cessent de promouvoir la paix alors qu’ils vendent des milliers d’armes dans le monde chaque année. Des mots durs mais justes, captés lors d’un entretien avec Paris Match au Vatican, et qui résonnent encore plus forts aujourd’hui, en ces temps troublés.

« Renoncer à idolâtrer l’argent »

Il est vrai que l’élan de solidarité provoqué par les attentats à Paris le 13 novembre 2015 ne s’est pas fait attendre. Dans tous les pays du monde, on pouvait voir des initiatives mises en place, et les plus grands monuments éclairés aux couleurs du drapeau français. Pourtant, selon le Pape, le discours des dirigeants de ces pays font bien souvent preuve d’une hypocrisie sans bornes. Évoquant notamment la situation catastrophique en Syrie, il s’est exprimé ainsi : « N’oublions pas non plus l’hypocrisie de ces puissants de la Terre qui parlent de paix mais qui, en sous-main, vendent des armes ». Un discours pour le moins réaliste : il ne faut pas oublier que la Russie et les États-Unis exportent, à eux seuls, plus de 50 % des armes de guerre. Une industrie particulièrement juteuse pour ces pays qui sont les plus puissants du monde.

Et l’argent, voilà bien le cœur du problème selon le Pape François : « L’humanité doit renoncer à idolâtrer l’argent et doit replacer au centre la personne humaine, sa dignité, le bien commun, le futur des générations qui peupleront la Terre après nous ». Selon lui, le système capitaliste n’est pas à craindre du moment que chacun continue de voir l’argent comme un moyen et non comme une finalité. Des paroles sages, mais qui malheureusement ne se concrétiseront pas avant, on l’imagine, longtemps.

Par Antoine, le 17.11.2015
A voir aussi :
Vidéo du moment
Ailleurs sur le web
Nouveautés
Populaire