Accueil > Insolite

Il tente de voler une experte en arts martiaux et se fait humilier !

Il tente de voler une experte en arts martiaux et se fait humilier !
Quand un homme choisit de voler quelqu’un, il s’en prend au plus faible. Pari loupé pour celui-là, tombé sur une experte en arts martiaux !

Les vols sont monnaie courante au Brésil, le pays étant l’un des plus chauds du monde, notamment à cause de ses favelas entièrement contrôlées par les barons de la drogue locaux. Mais même au sein des grande ville, voler est devenu le passe-temps d’un grand nombre de petites frappes qui s’imaginent pouvoir frapper n’importe où, en toute impunité. Mais quand on tente de voler une femme en pensant qu’elle ne saura pas se défendre, et que finalement elle s’avère être une experte en arts martiaux, c’est la mauvaise pioche assurée : ces deux gredins vont subir la pire humiliation de leur vie, à l’instar de ce voleur qui s’était fait démolir par un champion de taekwondo !

Un voleur obligé d’appeler la police à la rescousse

Selon 20minutes, c’est dans une rue d’Açailandia, dans le nord-est du Brésil, que deux jeunes hommes ont tenté de voler une femme qui passait par là, et qui semblait inoffensive. Wesley Sousa de Araujo et son complice, qui manifestement sont des habitués de ce genre d’opération, ne se sont pas méfiés une seule seconde de cette jeune femme, et ont tenté de lui subtiliser ses biens. Manque de bol, Monique Bastos est ceinture bleue de jiu-jitsu, et elle se rendait justement à son entraînement quotidien lorsque les deux hommes l’ont agressée.

Elle leur a rapidement fait comprendre qu’ils ne faisaient pas le poids, et les deux gredins ont tenté de prendre la fuite ; n’écoutant que son courage, la jeune femme a soulevé la roue arrière de l’une des deux motos, faisant ainsi tomber au sol le dénommé Wesley Sousa de Araujo, avant de l’immobiliser avec une prise de soumission particulièrement sévère. En emprisonnant la tête de ce dernier entre ses jambes, elle s’assurait ainsi qu’il ne pourrait pas s’enfuir. Les passants n’ont pas tardé à se rendre près de la « victime », qui a même dû les calmer pour qu’ils ne lapident pas le jeune homme immobilisé sur le sol, chose qui arrive parfois dans les zones pauvres du Brésil quand les voleurs sont pris la main dans le sac.

On notera tout de même une situation assez amusante et paradoxale : le voleur a dû appeler les policiers en hurlant pendant 15 bonnes minutes pour que ces derniers viennent à sa rescousse, un comble ! Bravo à Monique Bastos qui prouve que le stéréotype de la faible femme n’a plus lieu d’être !

Par Sophie Dupuis, le 11.10.2018
Tendance