Accueil > Insolite

Un Japonais sur quatre serait encore vierge à 30 ans !

Un Japonais sur quatre serait encore vierge à 30 ans !
Être encore vierge à 30 ans, c’est quelque chose qui n’est pas fréquent. Sauf au Japon, où près d’un quart des hommes en souffre !

Même si les petites blagues fleurissent sur nos amis Japonais, il se trouve que certaines trouvent un écho à travers la réalité ! Des les pays industrialisés les plus puissants du monde, l’activité au lit est assez soutenue ; c’est pourquoi la plupart des hommes perdent leur virginité assez tôt, aux alentours de 16 ans environ.

Ça n’est malheureusement pas le cas chez les individus résidant au Japon : en effet, sur l’archipel la plus connue du monde, un homme sur quatre est encore vierge à l’âge de trente ans ! Une révélation pour le moins étonnante, et qui mérite quelques explications.

Un sujet omniprésent qui divise

Le plus étonnant dans cette statistique, c’est que le sexe semble extrêmement présent au Japon : leurs chaînes de télévision en diffusent autant que celles des pays occidentaux, et les Japonais peuvent aussi compter sur une expansion impressionnante des « hentaï », ces mangas pour adultes qui mettent souvent en scène des jeunes filles en tenue d’écolières et aux proportions largement exagérées face à des hommes (ou des créatures, selon les goûts).

Cependant, l’épanouissement reste un sujet trop peu évoqué par les Japonais, trop inhibés à l’idée de dévoiler une telle face de leur intimité. C’est peut-être pour cela que l’homme japonais reste parfois vierge jusqu’à la trentaine passée : il semble un peu trop peureux à l’idée de passer à l’étape supérieure, et préfère se contenter de ce qu’on lui offre à la télévision, sur internet ou dans les pages des hentaï.

Un apprentissage largement passé sous silence

Le problème de cette impossibilité à communiquer sur la chose, c’est que la plupart des hommes n’osent pas entreprendre auprès des femmes qui leur plaisent, par crainte de mal faire les choses. De fait, contrairement aux nombreux pays occidentaux, le Japon ne profite pas par exemple de cours sur l’apprentissage sexuel comme on a pu en avoir au collège. Ils sont donc extrêmement complexés à l’idée d’évoquer un sujet dont ils ne comprennent absolument rien !

Même sur le plan amoureux, tout est à faire : la plupart des relations se bâtissent sur des considérations majoritairement financières, et les rapports entre hommes et femmes sont très complexes. Selon Yoko Itamoto, une experte du marché matrimonial japonais, le problème viendrait également de la crise financière, qui rendrait les hommes peu confiants en leurs capacités. Pourquoi pas !

Par Sophie Dupuis, le 11.10.2018
Tendance