Une victoire pour les indigènes d’Amazonie face à la déforestation

Vous le savez, la forêt amazonienne est touchée de plein fouet par la déforestation depuis des dizaines d’années.

Les populations indigènes qui y vivent voient leur démographie chuter, et leurs terres détruites. C’est le cas de la communauté des Ashaninkas, qui a porté sa cause devant la justice, avec succès.

Les réserves indigènes pillées par les sociétés forestières

Selon un rapport du WWF (Fonds mondial pour la nature), près de 17 % de la forêt amazonienne a été décimée au cours des 50 dernières années.

Un fléau écologique

Au Brésil, les sociétés d’exploitation forestière déboisent illégalement les réserves indigènes depuis les années 1980. Véritable fléau écologique, cela a entrainé des énormes feux de brousse en Amazonie.

Forêt Amazonienne

Les sociétés déboisent les réserves indigènes

Les écosystèmes sont détruits par le feu, et toute la chaîne alimentaire est mise en péril. Mais outre les conséquences écologiques désastreuses, ce sont aussi les populations qui y vivent qui sont mises en danger.

Les peuples indigènes, victimes de l’exploitation de la forêt

Les personnes qui vivent sur ces territoires sont aussi les grandes victimes de cette déforestation. Bien souvent discriminées et mise à l’écart, elles ne disposent pas des moyens juridiques nécessaires afin de faire respecter leurs droits. Malgré toutes ces difficultés, la communauté des Ashaninkas a pourtant réussi à porter sa cause devant la justice !

Le long combat des Ashaninkas contre la famille Cameli

Selon le site Mongabay, les sociétés forestières de la famille Cameli décimé une partie de la réserve indigène de Kampa do Rio Amônia, au Brésil, depuis les années 1980.

Une grande famille influente

La famille Cameli occupe des postes à responsabilités dans l’État d’Acre. L’actuel gouverneur n’est autre que Gladson Cameli. Depuis les années 1980, leurs compagnies forestières ont pillé près d’un quart de la réserve attenante à l’État d’Acre.

Peuples indigènes

Le long combat des Ashaninkas

Elles revendaient ensuite le bois à des entreprises européennes, fabricantes de meubles. Malgré le pouvoir de cette famille très influente, la communauté Ashaninkas n’a pas renoncé à son combat, qui a commencé en 1996. 

Un processus juridique de plusieurs années

Selon le site Mongabay, c’est en 1996 que la tribu Ashaninka a intenté les premiers recours en justice, s’en est suivi un long périple juridique, pour obtenir gain de cause : 

  • En 1996, la tribu porte plainte au tribunal
  • En 2011, l’affaire prend plus d’ampleur, en étant portée devant la Cour suprême fédérale du Brésil, sans toutefois faire l'objet d’un délibéré
  • Le 1er avril 2020, le procureur général du Brésil accède au dossier et rend son verdict

Dans un communiqué de presse du procureur général, les parties ont signé et accepté le délibéré. 
La communauté Ashaninka a remporté ce procès historique face à la famille Cameli, qui s'est vue condamnée à payer une amende de 3,4 millions de dollars.

Vous avez aimez ?
Alors partager cet article avec vos amis !
Facebook
Whatsapp
Twitter
Pinterest
Plus dans actualite
Ailleurs sur le Web
Tendance