Accueil > Insolite

Affaire « Air Cocaïne » : les différents acteurs dévoilés dont Sarkozy !

Affaire « Air Cocaïne » : les différents acteurs dévoilés dont Sarkozy !
L’affaire « Air Cocaïne » devrait trouver une issue très prochainement. L’occasion de revenir sur les différents acteurs de l’affaire !

Cela fait déjà 2 ans que l’arnaque a éclaté au grand jour : en 2013, la police tombait sur un chargement de 680 kilos de cocaïne à bord d’un avion en partance pour la France depuis un aéroport en Dominique Républicaine. D’où le nom que l’on a donné depuis à ce fait divers, l’affaire « Air Cocaïne ». Les stupéfiants, découverts à l’intérieur d’un avion privé, ont intégralement été confisqué par les forces de l’ordre, qui ont également mis en examen toutes les personnes que l’on aurait pu penser impliquées dans ce transport à grande échelle. On revient sur tous les acteurs de l’affaire « Air Cocaïne », qui devront (ou non) assumer les conséquences de leurs actes lors du dénouement, qui aura lieu très prochainement.

Les pilotes du convoi, Pascal Fauret et Bruno Odos

Affaire

Ils étaient les premiers à ressentir tout le poids de cette affaire : les deux pilotes chargés de conduire l’avion en France, Pascal Faurent et Bruno Odos, sont au cœur de l’affaire « Air Cocaïne », puisqu’on les accuse d’avoir agi de leur propre chef, tout en sachant pertinemment ce que contenaient les bagages qu’ils emportaient avec eux. Âgés respectivement de 55 et 56 ans, les deux hommes nient toute implication dans cette affaire, et leur témoignage pourrait bien se révéler exact : comme le précise leur avocat, les pilotes d’un avion, qu’il soit privé ou public, n’ont en aucun cas le droit de vérifier le contenu des valises de leurs passagers. Ces anciens de l’armée de l’air, engagés par la SN-THS, sont largement soutenus par le Syndicat National des Pilotes de Lignes français. Pour le moment, ils risquent 20 ans de prison.

Nicolas Pisapia, le seul et unique passager

Affaire

Lui risque d’avoir beaucoup plus de mal à s’en tirer : en tant que seul passager de l’avion transportant les 680 kilos de drogue, Nicolas Pisapia aura bien du mal à se dépêtrer de l’affaire « Air Cocaïne » ! À 38 ans révolus, cet homme ne correspondait pas vraiment au genre de clients qui peuvent se payer un vol privé. Alors qu’il affirme être allé en République Dominicaine pour trouver des gens capables d’investir dans ses projets en Roumanie, les preuves contre lui sont accablantes : notamment, il aurait prévenu les pilotes la veille du départ qu’il aurait plus de 500 kilos de bagages. Affirmation qu’il nie en bloc depuis, cela va de soi. L’homme a tout perdu dans l’affaire « Air Cocaïne » : sa femme l’a quitté et refuse que son enfant soit affilié à lui, et il ne vit que grâce aux dons financiers de ses parents. La fin de sa vie s’annonce compliquée !

Franck Colin, le prétendu gros bonnet

Si Nicolas Pisapia était le passager de l’avion, il n’en était pas du tout le commanditaire : ce rôle revient à l’un de ses amis, le jet-setteur Franck Colin, grand ami de Jean Roch et fêtard devant l’éternel. Considéré comme celui qui a mis en place toute l’opération, il risque évidemment le maximum. De fait, c’est la seule personnalité impliquée dans l’affaire « Air Cocaïne » qui soit toujours incarcéré dans le sud de la France en attendant les délibérations du jury. Il y a peu de chances pour que cet homme ressorte de prison un jour, car les juges voudront sans doute faire un exemple ! Aucune photo de lui n’est disponible à l’heure actuelle.

Alain Castany, l’entremetteur

Affaire

Dans chaque affaire, il y a toujours une personne destinée à mettre les gens en relation afin qu’ils règlent ensuite les détails entre eux. Cette personne, c’est Alain Castany dans le cadre de l’affaire « Air Cocaïne ». Visiblement reconnu dans un certain milieu pour avoir de grands talents en matière de discrétion, c’est lui qui aurait mis en relation le duo Coli/Pisapia avec la société SN-THS. Ancien pilote, il était également présent dans l’avion lors des fouilles de la police, qu’il a essayé de berner en enfilant une veste de pilote, justement. Une supercherie qui n’a pas marché : il encourt également 20 ans de prison pour trafics de stupéfiants. Son passif d’escroc (il a notamment été condamné en 2002 pour détournements de fonds et enrichissement personnel) ne joue clairement pas en sa faveur !

Alain Afflelou, le propriétaire de l’avion

Affaire

C’était peut-être le plus gros coup de pression dans la vie d’Alain Afflelou ! Peu de temps après la réquisition de l’avion et la prise des 680 kilos de drogue, on a découvert que le transport responsable dans l’affaire « Air Cocaïne » n’était autre que son propre avion ! Fort heureusement pour lui, toutes les preuves vont dans son sens : son avion aurait simplement été loué par la société SN-THS, comme cela arrive fréquemment dans ce milieu. Le seul souci étant que l’avion ne lui a jamais été rendu !

Nicolas Sarkozy, le globe-trotter

Affaire

Et on termine avec le président qui fut autant le plus aimé que le plus détesté des Français : Nicolas Sarkozy. En effet, peu de temps après l’affaire, on a découvert que l’homme politique (bien connu par ailleurs pour ses déplacements à outrance) avait eu recours plusieurs fois au cours des années 2012/2013 à des vols privés organisés par la société SN-THS. Le problème étant que les factures liées à ces vols n’ont jamais été réglées par Nicolas Sarkozy, mais bien par un ami à lui, un dénommé Stéphane Courbit. Même si l’hypothèse d’un lien avec l’affaire « Air Cocaïne » peut sembler discutable, les tribunaux essaieront en tout cas de statuer si ces vols ont également servi à faire circuler de la drogue ou tout autre objet de recel. Nous verrons si notre ancien président nous a encore caché des choses !

Par Sophie Dupuis, le 11.10.2018
Tendance