Accueil > Sante

Mal à la tête ? Ne vous jetez plus sur vos comprimés mais buvez une bière

Mal à la tête ? Ne vous jetez plus sur vos comprimés mais buvez une bière
Avoir mal à la tête ça vous parle? Alors lisez attentivement cet article, il se pourrait qu'une solution plus agréable que prendre des médicaments antidouleurs ait été découverte...

Les céphalées primaires (ou maux de têtes dans le langage courant) affectent près d'une personne sur deux. Journées de travail passées devant un écran d'ordinateur, gueules de bois, fatigue, stress, les causes sont multiples et le traitement se résume bien souvent à prendre des antidouleurs et espérer que ça passe vite.

Les scientifiques à la rescousse

Mais ça pourrait bientôt être du passé si l'on en croit une étude publiée en décembre 2016 dans la revue scientifique The journal of pain. En effet, cette étude très sérieuse réalisée par des scientifiques de l'université de Greenwitch au Royaume-Uni nous apprend que la consommation de deux pintes de bière réduit de façon significative les douleurs.

S'appuyant sur 18 travaux menés dans le monde entier sur un panel de 400 volontaires, cette étude démontre que boire deux pintes de bière aurait des pouvoirs analgésiques similaires, voir supérieurs, à un comprimé de paracétamol.

Qui n'a jamais entendu au sortir d'une soirée trop arrosée, suivie d'une gueule de bois monumentale qu'il faut 'soigner le mal par le mal'? Par le passé, les médecins utilisaient déjà l'alcool pour réduire les douleurs ou faire tomber la fièvre. Les scientifiques de l'étude pensent que ces effets antalgiques pourraient expliquer une surconsommation d'alcool chez les individus souffrant de douleurs chroniques.

Faut-il pour autant se ruer dans son bar favori pour traiter son prochain mal de crâne ?  La réponse est non bien entendu. Les effets néfastes de l'alcool sur le long terme ne sont plus à démontrer. Les chercheurs penchent plutôt sur la création d'un nouveau médicament antidouleur, qui serait dépourvu des effets secondaires nocifs des boissons alcoolisées.

On ne le répétera jamais assez, l'alcool se consomme avec modération. Et en attendant la pilule miracle, quand la céphalée pointe le bout de son nez, on essaye de s'éloigner de son écran, et si besoin on attrape du paracétamol!

Les articles de Sophie
Par Sophie Dupuis, le 11.10.2018
Vidéo du moment
Nouveautés
Populaire