Accueil > Actualite

Quadruple amputation pour une femme non-traitée après une IVG !

Quadruple amputation pour une femme non-traitée après une IVG !
Parce qu'un gynécologue n'a pas correctement traité son IVG, une femme a dû subir une quadruple amputation qui a ruiné toute sa vie !

Une femme de 36 ans résidant à Bordeaux a subi des conséquences dramatiques suite à une IVG (interruption volontaire de grossesse) qui n’aurait pas été correctement suivie. Suite à tous les problèmes qu’elle a rencontrés (et notamment une infection des plus graves) elle a, de fait, dû éprouver une quadruple amputation, pour chacun de ses membres ! Il va sans dire qu’après une expérience de ce calibre, elle a intenté un procès au gynécologue incompétent qui aurait dû la soigner comme il convient. Le procès est en cours !

L’incompétence d’un gynécologue qui ruine une vie

Quand Priscilla Dray se rend, en 2011, dans la maternité de Bordeaux, elle n’est pas spécialement inquiète. L’institut est renommé, et elle est certaine de vouloir avoir recours à l’IVG, après avoir déjà accouché de trois enfants. Seulement, le gynécologue qui pratique l’intervention n’estime pas que cette maman a besoin d’antibiotiques, qui sont pourtant obligatoires. Le lendemain de l’opération, Priscilla Dray se sent particulièrement fiévreuse : elle se rend donc aux urgences, qui finalement lui fourniront les antibiotiques dont elle a besoin… mais 2 jours plus tard.

C’est trop tard, le mal est fait : la jeune femme va développer un streptocoque pyogène de type A, une infection nosocomiale. Impossible de la soigner, il faut agir vite : l’amputation est visiblement la seule solution envisageable, et ce sera même une quadruple amputation qui privera la victime de ses deux pieds, de sa main gauche et de son avant-bras droit. Des conséquences terribles pour un simple « oubli » de prescription antibiotique !

La justice vient réclamer son dû

Quatre ans après le drame, Priscilla Dray ne compte pas s’arrêter là : selon Sud Ouest, elle estime, à raison, que sa condition actuelle est due à une incompétence notable. C’est pour le moment le gynécologue de garde qui a été inculpé de « blessures involontaires » sur la personne de Priscilla Dray. Cependant, l’affaire semble complexe, et les tenants et aboutissants d’un tel procès risquent de prendre un certain temps avant d’être analysés correctement, pour trouver l’issue la plus favorable possible pour cette mère au foyer.

Il semble tout particulièrement qu’il soit difficile de déterminer si la faute revient effectivement au gynécologue ou à sa hiérarchie ; c’est ce que les avocats et la justice tenteront de déterminer avant tout. Courage à cette mère qui a dû subir les caprices de médecins incompétents !

Par Amandine, le 13.08.2015
A voir aussi :
Vidéo du moment
Ailleurs sur le web
Nouveautés
Populaire